Informations et outils d’identification

L’Argiope frelon : zoom sur l’une des araignées les plus célèbres de notre région

Publié le 10 décembre 2014 par Sébastien Legris

Avec son apparence remarquable jaune striée de noir, l’Argiope frelon passe rarement inaperçue, difficile de la confondre. Elle a aussi la particularité d’occuper divers milieux dont les jardins, pourvu que quelques zones d’herbes hautes subsistent. Ces quelques caractéristiques lui ont valu d’être facilement appréciée du grand public. À ce titre le lancement d’une enquête spécifique en 2012 et la création du réseau "Araignées" ont amplement contribué à améliorer les connaissances sur la répartition, la phénologie et le comportement de l’Argiope frelon en Picardie. La présente note, dresse un état des connaissances de cette espèce dans notre région, d’après les données saisies dans la base Clicnat en cette fin de saison 2014.



Bref descriptif de l’espèce

L’Argiope frelon, seule espèce du genre en Picardie, fait partie de la famille des Araneidés, dont certains représentants sont familièrement appelé "Épeires". Cette famille comprend actuellement 33 espèces dans notre région. Les Araneidés sont des araignées dites "orbitèles" c’est-à-dire qui construisent des toiles circulaires.

L’Argiope frelon est originaire de la zone méditerranéenne et se rencontre actuellement de l’Afrique du Nord jusqu’à la Scandinavie. En France elle était autrefois connue essentiellement au sud de la Loire et considérée comme rare au nord de cette ligne. Depuis, sa répartition s’est largement étendue très certainement avec le réchauffement climatique.

Comme chez beaucoup d’araignées, l’espèce présente un dimorphisme sexuel assez marqué, avec des mâles de petite taille, aux pattes plus longues, à l’abdomen peu proéminent et faiblement coloré, contrairement aux femelles plus imposantes avec une coloration typique de l’abdomen, constituée d’une alternance de stries jaunes et noires. Le comportement chez les deux sexes est également bien différent, les femelles adultes vivant exclusivement sur leur toile, alors que les mâles sont généralement en retrait à la recherche de partenaires. C’est pourquoi les observations sur le terrain se rapportent quasi exclusivement aux femelles.

D’autres éléments peuvent caractériser l’Argiope frelon des autres espèces d’araignées de notre région :
- la présence sur la toile d’un stabilimentum formé d’un assemblage de soie blanche en zigzag, qui pour certains servirait à attirer les proies et pour d’autres à renforcer la toile ;
- une posture sur sa toile généralement en croix avec les pattes regroupées deux par deux ;
- un cocon de soie en forme de montgolfière inversée, qui permet aux oeufs de passer l’hiver bien au chaud.

L’Argiope frelon dans Clicnat

Fin 2014, un total de 390 données d’Argiope frelon a été saisi par 75 observateurs, ce qui en fait la deuxième espèce d’araignée la plus citée dans Clicnat, juste derrière l’Épeire diadème. La première observation remonte à 1997. L’essentiel des données (83%) a été saisi entre 2010 et 2014, à la suite notamment de la création de Clicnat et du réseau "Araignées". Le nombre de données par département est relativement équilibré avec 121 pour l’Aisne, 151 pour l’Oise et 118 pour la Somme.

Période d’observation

Les observations directes d’individus ont toutes été faites entre début juin et début octobre. Quelques observations hors de cette période concernent des cocons, plus rarement des juvéniles. Le nombre d’observations de l’espèce devient significatif à partir de la deuxième quinzaine de juillet et atteint son maximum lors de la deuxième quinzaine d’août. La date la plus tardive étant le 8 octobre.

Répartition

La carte de répartition de l’espèce est relativement bien renseignée, hormis quelques zones globalement sous-prospectées par les naturalistes picards comme le Vimeu, le Vexin, le Plateau picard, le Nord Laonnois ou encore le Tardenois. Cette répartition montre que l’espèce est très certainement présente sur la plupart des communes de la région.

Effectifs

Ce sont souvent des individus isolés qui sont observés, faute de comptages et de recherches approfondies. Un dénombrement le long de parcours par exemple en bord de chemin, est cependant facile à réaliser pour cette araignée bien visible à l’œil nu. Ce type d’expérience a été réalisé dans le jardin d’un particulier à Boves, géré de façon écologique, où 124 individus ont été comptabilisés sur 2100m². Une évolution très rapide des effectifs de l’espèce sur quelques semaines d’intervalles a également été observée.

Habitats

Les milieux occupés par l’espèce en Picardie, ne sont hélas pas toujours renseignés lors de la saisie des observations. Cependant, les commentaires apportés démontrent bien la souplesse écologique de l’Argiope frelon qui malgré une prédilection pour des milieux secs et ensoleillés (friches, bords de chemin, prairies, voies ferrées....), peut aussi se rencontrer dans des habitats moins ouverts comme des lisières ou clairières de bois, avec notamment des exemples de toiles construites dans des ronciers. D’autres observations se rapportent à des individus situés en bordure de milieux aquatiques (bassins, canal, étangs...), voir dans des prairies gorgées d’eau avec construction de toiles parmi les salicaires, iris, massettes, prêles ou encore dans des touffes de joncs. Plus surprenant encore, l’observation d’individus en lisière de prés salés ou au sein d’un champ de blé. Des cocons ont également été retrouvés fixés sur un mur de maison, dans un arbuste ou encore à l’intérieur d’une serre.

Ces diverses connaissances accumulées sur l’Argiope frelon depuis quelques années, montrent que l’espèce occupe un grand nombre d’habitats. Deux éléments semblent cependant indispensables, une bonne exposition au soleil et surtout une strate herbacée haute laissée à l’abandon. Les actions humaines comme la tonte, les -nettoyages- systématiques de la végétation ont pour effet d’empêcher la réalisation complète du cycle de vie annuel de cette araignée, en détruisant les jeunes, les adultes ou les cocons. La survie de l’espèce passe donc par le maintien d’une zone en herbe permanente, durant au moins un an. Le geste est simple ! pour chacun possédant un bout de terrain et souhaitant accueillir l’Argiope frelon chez lui. Tout retour d’expériences sur le sujet nous intéresse grandement, pour cela, n’oubliez pas de nous faire profiter de vos observations sur cette espèce via la base de données Clicnat.


Partager : http://l.picnat.fr/gmf

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50