Etudes et observations

Naissance d’un phoque gris en baie de Somme

Publié le 13 février 2014 par Laëtitia DUPUIS

Le 25 janvier 2014, 3 bénévoles de l’association sont au Hourdel : l’un réalise les comptages décadaires à travers sa longue-vue pendant que les 2 autres animent un point d’observation des phoques pour le public.

Dès 9h, il repère un phoque un peu à l’écart du groupe de 30 phoques gris qui se reposent sur l’estran émergé le long du chenal de la Somme, dans la Réserve Naturelle. Lors du comptage suivant, à 11h50, le phoque "seul" est maintenant accompagné d’un petit phoque tout blanc ! autour, des traces de sang : un jeune Phoque gris est né.

Il ne s’agit pas de la première naissance de phoque gris sur nos côtes mais des premières observations de relations mère-jeune sur le secteur. Depuis 2008, on compte 6 animaux qui seraient nés ici. Quatre d’entre eux se sont échoués morts. En 2011, un jeune a été retrouvé échoué vivant et transporté en centre de sauvegarde de la faune sauvage (voir Nayouk).

Les naissances de phoques gris sont observées entre novembre et février (France et Royaume-Uni), principalement sur des côtes ou îlots rocheux, mais également sur des bancs de sable, des plages, des zones de mollières, sur la glace et parfois dans des grottes. A la naissance, le jeune mesure 75 à 80 cm de long et est recouvert d’un pelage long, blanc et laineux appelé "lanugo". La femelle l’allaite régulièrement, d’un lait extrêmement riche, qui permet au petit une croissance rapide passant d’une quinzaine de kg à la naissance à 45 kg lors du sevrage. L’allaitement ne dure que 14 à 21 jours, le petit entame alors sa mue. Les femelles laissent régulièrement leur petit hors de l’eau pour rejoindre un point d’eau. Elles rejoignent leur petit après quelques heures de séparation, se basant vraisemblablement sur des critères topographiques, sur les cris que le jeune pousse et sur son odeur personnelle. (Robineau, 2004).

La présence d’un jeune phoque, seul, en haut de plage, à plusieurs kilomètres de l’eau à marée basse peut intriguer. Aussi, dès le 26 janvier nous avons mis en place des équipes de suivi et de sensibilisation afin d’informer les utilisateurs de la baie de Somme de la présence de cet animal.

Le couple mère-jeune a été observé pour la dernière fois le jeudi 6 février, le jeune était alors âgé de 12 jours.

Nous avons réalisé des prospections terrestres durant 3 jours pour tenter de les observer à nouveau et profité d’un survol ULM pour regarder dans les dunes, les mollières... Les forts coups de vents ressentis dans la nuit de jeudi à vendredi sont-ils la raison de leur disparition ? la femelle aurait-elle emmené son jeune sur un autre site pour le mettre à l’abri ? le jeune a-t-il été victime d’un prédateur terrestre (sanglier...) ?

En nous penchant sur les photos, nous avons remarqué, en nous basant sur les taches naturelles du pelage de la femelle qu’elle avait été observée en baie d’Authie par l’association ADN en décembre dernier.


Partager : http://l.picnat.fr/mpb

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50