Etudes et observations

Suivis télémétriques de Phoques gris

Publié le 12 juillet 2012 par Laëtitia DUPUIS

Les Phoques gris (Halichoerus grypus) peuvent être observés sur le littoral français entre Dunkerque et Brest. Les populations bretonnes (îles Molènes et Sept-îles) sont sédentaires et reproductrices.
Les Phoques gris sont présents en baie de Somme depuis 1988. Ils étaient initialement présents uniquement hors période de reproduction, soit de mars à octobre. Depuis 2007, ils sont présents tout au long de l’année et depuis 2008, cinq nouveaux nés (blanchons) ont été retrouvés échoués dans l’estuaire. Les effectifs maxima de Phoques gris sont observés en période estivale, pour l’année 2011 ils étaient de 85 individus.
Depuis quelques années des Phoques gris sont observés tout au long de l’année sur le littoral situé plus au nord de la Bretagne, comme la baie de Somme, la baie d’Authie, le site des deux Caps (Gris-Nez et Blanc-Nez) ou Calais.

Les taux d’accroissement rapides de la population des Phoques gris et les taux de reproduction quasi-nuls, calculés ces dernières années en France montrent une immigration d’individus provenant d’autres populations européennes. Il est donc particulièrement intéressant de mener une étude sur les déplacements et l’utilisation de l’espace et des ressources par les Phoques gris en Manche.

Un projet de suivi télémétriques de Phoques gris en France a donc été initié par le Dr Cécile Vincent de l’Université de La Rochelle. Deux sites ont été choisis pour la poses de balises GSM sur des individus de plus de 45 Kg : Molène et la baie de Somme.

C’est ainsi que du lundi 28 mai au vendredi 1er juin, une quinzaine de personnes (C.Vincent, agents ONCFS, membres du CRMM, vétérinaires et membres de Picardie) ont capturé et équipé 9 Phoques gris en baie de Somme.

Les 9 balises collées sur les poils du cou des animaux, tomberont à la mue suivante, soit au printemps 2013. Les données enregistrées par les balises permettront de suivre les déplacements des animaux, de connaître les temps de repos à terre et de plongées. Les phoques ont été également munis d’une bague numérotée fixée à la nageoire postérieure qui permettra une identification de chaque animal à long terme en cas d’échouage.

Les premières données récoltées permettent d’observer un domaine vital très vaste, allant de la baie de Seine à Zeeland, aux Pays-Bas en passant par les eaux anglaises.


Bilan au 5 juillet : les 9 phoques se comportent différemment. Ils se déplacent de la baie de Seine à l’île de Texel au nord des Pays-bas en passant par les eaux anglaises.

Flash Video - 1.8 Mo

Cette étude initiée par l’Université de La Rochelle est co-financée par l’Université de La Rochelle et la Région Poitou-Charentes. Les partenaires de ces captures sont l’Université de La Rochelle, l’ONCFS, le zoo de La Flèche, l’Université de Liège et Picardie Nature.

Les membres de Picardie Nature ont participé à ce projet dans le cadre du programme d’étude et de protection des phoques de la baie de Somme et du centre de sauvegarde de la faune sauvage, actions financées par la DREAL Picardie, le Conseil Général de la Somme, le Conseil Général et les fonds européens.


Partager : http://l.picnat.fr/mof

Documents

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50