Migration

Bilan des suivis de la migration menés en 2012 en Picardie

Publié le 17 septembre 2013 par Thomas Hermant

BOIS DE CISE à Saint-Quentin-la-Motte-Croix-au-Bailly (80)

Le Bois de Cise est depuis plusieurs années l’un des sites majeurs du suivi de la migration prénuptiale en Picardie. Situé sur les falaises en bord de mer, il surplombe la Côte Picarde et permet de suivre la migration des oiseaux et en particulier les passereaux empruntant cet axe.

En 2012, 14 jours de suivis ont été réalisés par quelques bénévoles, ce qui représente près de 50 heures de suivi. Ce suivi a permis de recenser plus de 1 000 Pigeons ramier. Le passage des Martinets noirs a été également important avec près de 15 000 individus dénombrés, tout comme les Hirondelles rustiques et de fenêtre avec respectivement 3 000 et 900 oiseaux comptés. Plus de 700 Bergeronnettes printanières, 1 000 Chardonnerets élégants et près de 550 Linottes mélodieuses ont été observés. Toutes les bonnes volontés sont les bienvenues sur le site pour aider au comptage en 2013 !

Thomas Hermant et Thierry Rigaux

BANC DE L’ILETTE à Saint-Quentin-en-Tourmont (80)

À l’automne 2012, le plan de charge de l’association n’a pas permis de remobiliser des salariés sur le site et le suivi a donc dû à nouveau s’appuyer uniquement sur le travail de bénévoles. Il a donc été impossible de le mener quotidiennement.

Depuis 25 ans, la migration postnuptiale fait l’objet de suivis en baie de Somme au Banc de l’Ilette, site phare du suivi de la migration en Picardie. Jusqu’en 2010, le suivi n’avait jamais pu être quotidien sur l’ensemble de la période de migration malgré des années nettement mieux suivies que d’autres car il était uniquement réalisé dans le cadre du bénévolat. En 2010 et 2011, Picardie Nature a décidé de mettre en place un suivi quotidien. Des salariés et des bénévoles toujours très impliqués ont donc collaboré pour mener à bien ce travail. En 2012, une douzaine d’observateurs se sont succédé pour assurer un suivi ponctuel entre la fin août et la mi-novembre, pour un total de 72 h de suivi réparties sur 19 jours. Les espèces qui ont été les plus contactées sont comme presque chaque année l’Étourneau sansonnet avec près de 43 000 individus, le Pinson des arbres avec plus de 30 000 oiseaux, le Pinson du nord avec plus de 4 500 individus, avec en prime un nombre conséquent de plus de 6 200 Mésanges noires comptées suite à un phénomène d’invasion. Quelques autres espèces ont été notées en quantité remarquable, bien évidemment en nombre plus faible qu’en 2011 du fait de la présence moindre d’observateurs sur le site, mais avec des effectifs tout de même notables. Il s’agit par exemple des Grives litorne et mauvis avec plus de 1 500 oiseaux pour chacune des deux espèces, du Pipit farlouse avec plus de 2 600 individus ou encore du Bouvreuil pivoine avec plus de 150 oiseaux. Le nombre de Mésanges bleues et charbonnières est également important avec respectivement plus de 1 100 et 750 oiseaux comptés, tout comme les Hirondelles rustiques avec près de 2 800 individus (ce chiffre tenant avant tout à une journée de passage), les Pigeons ramier au nombre de 1 500, les Roitelets huppés (153) et les Pics épeiche (35). Comme sur de nombreux autres sites, le passage de plus de 2 000 Geais des chênes est l’un des faits marquants de cette année, de même que le passage inédit noté sur le site de 76 Sittelles torchepots. Enfin, quelques espèces plus rares ont également été observées avec 5 Faucons émerillons, 6 Faucons hobereaux et 3 Bruants ortolans. Nous tenons à remercier l’ensemble des bénévoles ayant pris part à ce suivi postnuptial et sans qui ces observations n’auraient pas pu se faire. Nous lançons d’ores et déjà un appel à toutes les personnes motivées pour le suivi 2013 !

Thomas Hermant et Thierry Rigaux

BRASSOIR à Morienval (60)

Nous fêtons cette année les vingt ans du suivi de la migration à Brassoir dans l’Oise. Ce site est fréquenté depuis 1992, et il fait l’objet d’un suivi assez régulier depuis 1995 jusqu’à ce jour.

Les comptages se sont échelonnés du 22 juillet au 11 novembre, soit 36 jours et 144 heures 35 pour 114 649 oiseaux et 64 espèces. Un effort d’observation a été mis en place par deux observateurs entre le 1er octobre et la première décade de novembre, avec leur présence toutes les matinées sans pluie ni brouillard, soit 28 jours sur 42. Cette année nous avons pu constater certains phénomènes exceptionnels dans les dates et l’ampleur du passage, avec des records battus. Dès le 22 juillet nous assistons à la migration de 4 Cigognes noires, rares sur le site. Nous avons également détecté l’invasion d’espèces forestières telles que le Geai des chênes dans la deuxième quinzaine de septembre, ainsi que des Mésanges bleues, charbonnières, et noires , dans une moindre mesure en octobre, car le spot ne se prête pas trop à la migration active de ces passereaux. Un pic de passage de Grands cormorans (1 039) a été noté dans la matinée du 7 octobre, et le même jour l’observation d’un Faucon pèlerin cerclant au-dessus de nos têtes. Nous avons eu un Balbuzard pêcheur tardif à l’intérieur des terres le 15 octobre : l’oiseau arrivant en vol battu s’est arrêté quelques minutes en lisière de forêt pour notre plus grand plaisir. La journée du 22 octobre fut la plus importante et longue de la saison avec au total 25 135 oiseaux, et pour le Milan royal, un rush exceptionnel de 21 individus. Le passage de l’Alouette des champs (15 893) a aussi été très marqué cette année avec un pic important totalisant près de 80% des effectifs comptés entre le 18 et le 20 octobre. Un compte-rendu exhaustif et commenté des observations est paru dans notre revue l’Avocette. Nous espérons pouvoir améliorer le suivi de façon plus régulière et continue avec plus d’observateurs en 2013, en augmentant notre temps de présence jusqu’à fin novembre. Je remercie toutes les personnes ayant participé aux comptages, spécialement Patrick Crnkovic et Fabrice Herblot pour leur implication, également un merci à François Gauthier et à la LPO Oise pour leur concours lors de l’EuroBirdwatch.

Henry de Lestanville

FALAISE BLOUCARD à Mont-d’Origny (02)

Première année de suivi de la migration postnuptiale à la falaise Bloucard, grâce à la motivation de certains membres de Picardie Nature.

Depuis plusieurs années, des observations sont faites de façon irrégulière à la falaise Bloucard. Cela s’explique en partie par l’éloignement des membres du réseau, dont la densité est plus élevée à l’ouest de la région. La situation devrait s’améliorer à l’avenir. Le suivi en 2012 était discontinu mais néanmoins riche en émotions et rencontres. Les comptages plus nombreux cette année et la fréquentation du lieu par les promeneurs, surtout le week-end, ont été l’occasion de discussions intéressantes. De plus la création par Didier Baverel d’un autre point de suivi, Là Haut, étoffe les observations au niveau régional et à l’intérieur des terres, à l’écart de la particularité de la façade maritime et des zones montagneuses avec leurs cols et collines. Cette année plus de 136 000 oiseaux ont été comptabilisés représentant 82 espèces contactées, pour un total de 77 heures réparties sur 33 jours. La saison a commencé le 8 septembre, interrompue par les vacances - ce qui explique le peu de jours de comptage sur ce mois - mais reprise de plus belle en octobre et novembre pour se terminer le 29 novembre. Ce qui a marqué 2012, fut le passage dense des Pinsons des arbres et du nord le 18 octobre avec respectivement plus de 9 000 et 6 000 oiseaux en 3 heures ainsi que 168 Gros-becs. Les Mésanges charbonnières ont marqué leur plus fort passage le 19 octobre avec 327 individus. Suivi le 21 octobre par les Pigeons ramiers avec un minimum de 12 000 oiseaux en 3 heures. Les Mésanges bleues (728) et noires (398) passeront significativement le 13 octobre. La fin de saison approchant, les dernières Hirondelles rustiques sont venues faire quelques acrobaties à l’aplomb de la falaise le 11 novembre et la dernière Bondrée apivore de la région nous quittait le 6 novembre. Le site voyant également passer des chasseurs - surtout de Pigeons ramiers - les contacts furent cordiaux avec certains et nous permirent de constater que certaines espèces, comme la Bécasse des bois, n’ont pas été observées. A suivre donc !

Fabrice Cochon

LÀ HAUT à Ramicourt (02)

Première année de comptage intense pour ce site qui se trouve au milieu d’un paysage composé essentiellement de grandes cultures : il est intéressant d’obtenir des effectifs aussi importants et une diversité aussi étonnante dans une plaine agricole au nord du département de l’Aisne. Ce suivi de la migration est un peu particulier puisqu’il se situe dans un jardin privé. Les nombres importants des espèces forestières sujettes à des irruptions ne sont pas passés inaperçus dans l’Aisne avec notamment 124 Sittelles !

Les séances d’observation sont réparties sur un grand nombre de jours (93) mais elles sont souvent de courte durée, de telle sorte que la durée totale d’observation au cours de la migration postnuptiale s’élève à 193 h 10 minutes (en moyenne environ 1 h 50 par session). Pour cette première année, le résultat est positif : plus de 60 000 oiseaux observés en migration postnuptiale dont 33 713 Pigeons ramiers, 13 557 Pinsons des arbres et 6 173 Etourneaux sansonnets. Les oiseaux passent relativement bas pour être identifiés, surtout lorsque le vent est fort et de face. Les cris permettent également une détermination complémentaire. Suivant les conditions aérologiques, il arrive parfois que les passages soient trop élevés, plusieurs milliers de passereaux sont alors non identifiables. Les premiers migrateurs sont notés fin juin avec le passage de quelques Hérons cendrés et la migration sera active jusque fin novembre avec des pics importants en octobre. Quelques faits notables : passages importants de Mésanges noires (851), bleues (1486) - 8ème site en importance sur Migraction.net, charbonnières (1134) - 5ème site, également 124 Sittelles torchepots - 2ème site, Geais des chênes 1128 - 7ème site, 233 Grosbecs casse-noyaux et 41 Roitelets huppés, en relation avec ce qui a pu être noté sur d’autres sites de migration. Près de 80 espèces différentes ont été notées au cours de cette migration automnale 2012, dont 9 espèces de rapaces. L’endroit est moins propice à la migration prénuptiale, environ 3 300 oiseaux pour 52 espèces au printemps 2012.

Didier Baverel

Retrouvez tous les résultats de ces suivis sur www.migraction.net


Mots clés : Migration Partager : http://l.picnat.fr/gsh

Autour du même sujet

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50