L’actu du pôle découverte

Découverte des busards dans les plaines samariennes

Publié le 23 juin 2014 par Sophie DECLERCQ

Sébastien partage ici avec grand plaisir un petit moment pour vous raconter quelques événements qui se sont déroulés sur deux après-midi.
« Il y a tellement à raconter… mais je vais essayer d’être « court » tout en rendant hommage à ces magnifiques moments passés dans les plaines de Picardie. »

Au premier jour.

Les alouettes chantent, les lièvres s’agitent, les perdrix se bercent sous un soleil resplendissant pendant que le vent cesse de tourner les pales des grandes tours blanches. En ce dimanche 5 avril 2014, le cœur du printemps palpite dans les hauteurs des champs de blés et d’orges.

Il est 15h45, deux silhouettes se distinguent par des jeux aériens. L’une est une belle femelle de Busard cendré et l’autre un mâle acrobatique et énergique. Ils ne cessent de parader au-dessus d’un champ d’orge hérissé d’épis encore verdoyant. L’une des premières questions en ce milieu d’après-midi arrive au même moment où la femelle rejoint un lieu précis dans l’immense champ. Lieu, qu’elle rejoindra trois fois de suite. « Y a-t-il un nid ? » Question qui trouvera certainement sa réponse si l’acte du passage de proie s’accomplit entre ce couple…

Busard cendré mâle

15h45. Après un bref repos, le mâle cendré s’éloigne par-delà les dernières fleurs qui ornementent de jaune la robe chatoyante du colza.

17h00. Chant typique du Busard St-Martin. Regard porté au-dessus d’un bosquet, il est là ! Paradant, s’exaltant, seul mais d’une adresse remarquable. Vrilles, décrochements, virages serrés, vol sur le dos, descentes vertigineuses, ressources… Le mâle enchaîne ses acrobaties sans relâche, enivré par cette saison pleine de vie.

17h20. Le mâle St-Martin interrompt brièvement ses folles démonstrations pour disparaître avant de resurgir d’un champ de blé, proie dans les serres. S’approche au même moment, une femelle de St-Martin. « Que va-t-il se passer ? » Le mâle fanfaronne avec sa prise mais la femelle ne lui prête aucune attention. Elle passe son chemin et commence à s’éloigner. Le mâle ne se décourage pas, il tente de rattraper la femelle, prêt à lui offrir sa proie. Mais elle n’en voudra pas. « Ce sera pour une prochaine fois » pourrait se dire le mâle. Il s’arrête pour déguster sa proie et repart de plus belle dans ses acrobaties vertigineuses. La femelle repassera mais comme pour la première fois, elle ne se préoccupera pas du mâle. « Décidément ».

Busard cendré, femelle

18h00. Le mâle St-Martin a changé de secteur mais continue sans relâche sa parade. Trouvera-t-il une aussi belle partenaire que son cousin le cendré ? Affaire à suivre… 

18h10. Le regard est attiré par une autre silhouette qui chasse sans bruit au-dessus des cultures : un Hibou moyen-duc ! Incroyable rencontre à cette heure ! Le Hibou chassera un petit moment et disparaîtra au loin derrière une grande forêt.

19h30. Il est l’heure pour l’observateur de rentrer.

 

Au second jour.

14h00 – 16h00. Voilà un moment que l’observateur joue des jambes pour faire avancer son deux-roues afin de suivre un couple de St-Martin qui voyage de parcelle en parcelle. Dur dur de suivre et de garder en vue ce que l’on recherche avec un relief composé de plusieurs vallées. Le couple parade. Un nouveau moment de contemplation jusqu’à ce qu’ils disparaissent derrière un grand bois.

16h30. Retrouvailles avec le Busard St-Martin de la veille. Cette fois, fini les acrobaties, place à la chasse. Il virevolte face au vent, se pose pendant trente minutes dans un champ et repart de plus belle. À cet instant, au-dessus du champ d’orge où le couple de cendrés a sans doute décidé de nidifier, il se passe des événements. Le mâle arrive avec une proie dans les serres ! Moment décisif pour savoir s’il y a la présence d’un nid dans ce secteur. Les secondes passent, le mâle rejoint la femelle en vol mais le passage de proie ne se fera pas. La femelle descendra toujours au même endroit précis et le mâle la rejoindra au même endroit. « Passage de proie au sol ? » Le mâle ne reste qu’une dizaine de seconde avec sa partenaire. Quatre battements d’ailes gracieux et le voilà reparti en chasse.

16h48. Un rapace en forme de faux fuse à raz des champs, ignorant le vent et gardant sa grande vitesse. « Qui est-ce ? » Un Faucon hobereau ! Clair en dessous, absence d’un croupion sombre rouge-orangé… Il s’agit sans doute d’une femelle. « Superbe ! » Un petit moment d’observation à travers les jumelles et la voilà qui se pose dans un arbre d’un bosquet. « Perdue de vue ! » À peine les jumelles baissées et hop, un autre hobereau rejoint le premier, cette fois-ci, il s’agit bien d’un mâle. « Un couple ? » Ils resteront toute l’après-midi dans ce bosquet.

Faucon hobereau en vol

17h00. Nouveau passage du mâle cendré avec une proie. La femelle ne sort pas mais le mâle rejoint l’emplacement précis remarqué le jour d’avant. Il redécolle rapidement, sans sa proie, et repart chasser en empruntant le même passage que précédemment.

17h30. Un Busard au vol plus lourd chasse au loin. Dessus de la tête couleur crème, silhouette sombre et grande. «  Un Busard des roseaux ! » Il garde sa trajectoire et s’en va au fond d’une vallée jonchée d’orges et de blés.

18h52. L’acrobatique et solitaire Busard St-Martin, arrive avec une proie au-dessus du champ de blé où la veille il démontrait ses talents de haute voltige. Il se pose et mange sa proie.

Busard juvénile

19h20. L’acrobate ne cesse de survoler le même champ et s’arrête de nombreuses fois en un lieu précis. Il s’en va le long du bosquet et revient, tenant entre ses serres de petites branches. Il les dépose toujours au même endroit. Il répète ces opérations sous l’œil contemplatif de l’observateur qui se demande si le Busard est vraiment solitaire. « Affaire à suivre… »

19h25. Il y a de l’activité au-dessus du champ d’orge. Champ de vision de la longue vue en plein sur la femelle de cendré qui prend quelques ascendances. « Ne pas la perdre de vue ! » Elle monte, elle monte, encore et encore et voilà que son mâle arrive avec une proie dans les serres. Et soudain : « Wouaaaa ! » Enfin le moment tant attendu ! Premier passage de proie entre un couple de Busards. Grand moment ! Un instant plus tard, le mâle s’en va se poser dans un autre champ et repart ensuite à la chasse. La femelle, quant à elle, rejoint son lieu précis. L’observateur peut le confirmer à 90 %, c’est le premier nid trouvé dans ce secteur pour ce début de saison de protection. Quelle joie !

Nid de Busard cendré

20h00. Le Busard St-Martin arrête ses opérations de ravitaillement en branchages et repart à la chasse. Il est temps pour l’observateur de partir. La journée se termine d’une manière parfaite lorsque le Busard en chasse prend la même direction que l’observateur. Trente mètres les séparent mais leur vitesse est la même. 30 secondes de frissons, d’émotions. À cet instant, jeu d’ombre de la fin de journée, l’observateur se demande qui de lui ou du busard se trouve sur le vélo… !

 

Ces deux jours lancent officiellement pour moi, le début de cette nouvelle saison de protection qui s’annonce encore une fois merveilleuse et riche en émotions ! J’essaierai de mettre autant d’énergie que les Busards dans les actions de protection à venir. »

Rédaction : Sébastien Lartique


Mots clés : Rapaces Partager : http://l.picnat.fr/MzEyMTAw

Autour du même sujet

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50