Journées et sessions de formations

Bilan de l’inventaire des coccinelles en territoire de grandes cultures, dans la zone du Santerre

Publié le 18 octobre 2011 par Anne-Charlotte Turpin

L’étude menée par l’Association Picardie Nature, dans le cadre du projet « Biodiversité en Territoires de Grandes Culture » piloté par Agro-Transfert, a permis de réaliser un suivi sur les populations de coccinelles dans une exploitation de grandes cultures, sur la commune de Marcelcave (80). Différentes modalités (parcelle avec aménagement/sans aménagement et cultures de blé et de pomme de terre) ont été étudiées grâce à trois méthodes : parapluie japonais, filet fauchoir, observation à vue, chacune étant utilisée suivant le milieu étudié.
Les relevés ont été effectués durant sept semaines de la mi-juin à début août.
L’objectif était d’évaluer l’impact des aménagements sur les populations de coccinelles et de démontrer une relation avec les populations présentes dans les cultures.
Pour cela l’ensemble des espèces de coccinelles a été inventorié et nous avons quantifié leur abondance dans les haies et dans les cultures.

Les résultats de cette étude, prennent appui sur trois indicateurs de la biodiversité : indice d’abondance, de richesse spécifique et l’indice d’équitabilité. Sur les cinq haies inventoriées, 254 individus ont été capturés répartis en 8 espèces, avec notamment la Coccinelle à 12 gouttes (1 seul individu rencontré), la Coccinelle à 10 points (4 % des individus rencontrés), la Coccinelle des feuillus et la Coccinelle à 22 points. Cette dernière espèce est uniquement retrouvée dans la strate herbacée. On constate également que la Coccinelle à 7 points domine à 40%, suivie de la Coccinelle asiatique à 35%.
Au niveau de l’évolution des espèces dans les haies au cours du temps, a été constatée une arrivée plus tardive des Coccinelles asiatiques par rapport à la Coccinelle à 7 points.
Par ailleurs, certaines essences présentes dans les haies telles que le Noisetier et le Saule Marsault sont bénéfiques aux coccinelles avec respectivement 77 et 64 individus capturés contre 30 pour l’Aulne et 8 pour le Troène.

Au niveau des cultures, 1939 individus ont été capturés sur les sept parcelles inventoriées, soit huit fois plus que dans les haies. On y retrouve majoritairement la Coccinelle à 7 points (90 %) suivie de la Coccinelle asiatique (8 %). Dans ce milieu, on constate l’apparition de la Coccinelle des friches et l’absence de la Coccinelle à 12 gouttes et de la Coccinelle à 22 points.

D’après les autres analyses de l’étude, on peut conclure que les haies ont un impact favorable sur la richesse spécifique de ces coléoptères, malgré la dominance de deux espèces, mais ont peu d’effet sur leur abondance. La culture de pommes de terre, en comparaison avec le blé, favoriserait une meilleure richesse spécifique, abondance et équitabilité. Cet effet culture est d’ailleurs peut être plus important pour les populations de coccinelles que la présence ou non de haies sur la parcelle. Les haies implantées dans le Santerre depuis 2002 permettraient ainsi d’augmenter la richesse spécifique dans les parcelles avec aménagement.
Les 3 prochaines années d’études devraient permettre d’améliorer les connaissances sur les espèces et vérifier ces premières hypothèses.


Partager : http://l.picnat.fr/jou

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50