Vie du réseau

Les chauves-souris de la citadelle d’Amiens

Publié le 22 novembre 2016 par Marie Berly

Les 4500 m² de souterrains de la citadelle d’Amiens abritent une population d’environ 70 chauves-souris en hibernation chaque année. Ce site militaire acquis par la ville d’Amiens en 1998 fait l’objet d’un projet de réaménagement pour en créer un pôle universitaire.

Dans le cadre de ce projet, Picardie Nature et le Conservatoire d’Espaces Naturels de Picardie ont accompagné la communauté d’agglomération, Amiens métropole, avant et pendant la phase de travaux pour limiter les impacts sur les souterrains. La localisation des chauves-souris hibernantes et leur phénologie de présence dans les souterrains ont ainsi été pris en compte pour limiter le dérangement de la population.

Une convention tripartite a par ailleurs été signée entre Amiens métropole, Picardie Nature et le Conservatoire d’Espaces Naturels de Picardie en 2011 pour renforcer la prise en compte de la faune et de la flore sauvage dans le projet de réaménagement de la citadelle. Depuis lors les deux associations participent chaque hiver au suivi de la population de chauves-souris pour effectuer une veille et évaluer d’éventuels dérangements dus au chantier. En outre, Amiens métropole, conseillée par le CEN Picardie, a garanti la présence de cette population en aménageant les accès pour qu’aucune intrusion humaine ne soit possible et des suivis annuels ont été organisés de manière systématique depuis 2008.

Ces efforts ont ainsi pour objectif principal la préservation de l’espèce majoritairement présente en hibernation dans ce site : le Murin à oreilles échancrées. Cette chauve-souris préservée au niveau national et inscrite aux annexes II et IV de la Directive Européenne Habitats apprécie particulièrement les conditions offertes par cette cavité relativement chaude en hiver.

Comme toutes les chauves-souris, elle redoute fortement le dérangement lors de sa léthargie hivernale. En effet, tout réveil inopiné la forcera à puiser dans ces réserves nécessaires à sa survie durant cette période d’inactivité totale. La particularité de cette espèce est la durée de sa phase d’hibernation plus longue que celle des autres espèces similaires. En effet, alors que certaines espèces quittent leur site d’hibernation dès les premiers redoux en mars/avril, le Murin à oreilles échancrées reste alors sous terre parfois jusqu’à la mi-mai. Les chauves-souris vont alors regagner leur territoire de chasse pour refaire leur stock de graisse. Le Murin à oreilles échancrées se dirige vers des habitats très variés : forêts, parcs, jardins, vallées,... où il glane ses proies préférées : les araignées. En juin, les maternités de femelles se forment dans les combles de grands bâtiments de préférence en vallée. C’est alors que la mise bas à lieu et que l’élevage des jeunes s’effectue au sein de la colonie. Le Murin à oreilles échancrées est une espèce dont la situation régionale et nationale semble plutôt positive. Une vigilance est néanmoins de mise, comme pour toutes les espèces de chauves-souris qui subissent encore de nombreuses menaces comme la destruction de leurs gites, le dérangement en hibernation ou la destruction des milieux de chasse et corridors de transit (haies arborées)...


Partager : http://l.picnat.fr/ldq

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50