Eoliennes terrestres

Avis de Picardie Nature sur l’enquête publique concernant le projet éolien de Croixrault

Publié le 23 novembre 2009 par Yves

Picardie Nature, association régionale de protection de la nature et de l’environnement, a pris connaissance de l’étude d’impact présentée lors de l’enquête publique à la mairie de Croixrault. Nous nous sommes intéressés plus particulièrement au volet sur la faune. Plusieurs spécialistes des chiroptères et des oiseaux, dont l’un connaît très bien ce secteur tout proche de son lieu de résidence, ont analysé l’étude d’impact pour Picardie Nature.

Tout d’abord, cette étude d’impact est accompagnée d’un volet spécial sur les chiroptères. Il est rare de voir une étude spéciale et uniquement consacrée au recensement des chiroptères et à l’impact des éoliennes sur cette faune volante. Les études précédentes ne consacraient que peu de place aux chauves-souris, pourtant largement impactées par les éoliennes.

Bien que ce document montre un travail dans l’ensemble assez sérieux, nous avons cependant quelques remarques sur cette étude :

- absence de pré-diagnostic : aucune synthèse n’est fournie sur les enjeux déjà connus autour du site, le groupe chiroptères de Picardie aurait dû être sollicité à ce sujet, comme le font de nombreux bureaux d’études sérieux ;

- insuffisance du périmètre d’étude. Le périmètre d’étude, 1 km autour des éoliennes, est trop restreint. Pour obtenir une analyse la plus exhaustive possible des enjeux, il faut réaliser une étude sur un rayon de 10 km autour du projet, sans omettre une synthèse des enjeux dans un rayon de 15-20 km autour du projet afin de prendre en compte la capacité qu’ont certaines espèces à franchir de longues distances (migrations, territoire de chasse...). Des protocoles ont pourtant été établis et recommandés par le ministère de l’environnement (protocole EUROBAT et de la Société française pour l’étude et la protection des mammifères). Ne sont pas ainsi répertoriées des colonies d’Oreillards gris, de Vespertilions à oreilles échancrées, de Pipistrelles, de Sérotines pourtant connues dans un rayon de 10 km par le Groupe chiroptères de Picardie et parfois mentionnées dans la bibliographie régionale, de même que quelques cavités à Poix de Picardie, à Agnières ;

- insuffisance d’analyse des données existantes : le site souterrain d’Hornoy-le Bourg est certes mentionné mais les effectifs et les espèces qui y sont recensées ne sont pas présentés, alors que l’information est disponible auprès du Conservatoire des Sites Naturels de Picardie qui préserve et gère ce site depuis 2 ans. Plusieurs publications ou études traitant des chiroptères du secteur de Poix de Picardie ou de l’ensemble de la région n’ont pas été utilisées, bien qu’elles contiennent des informations précieuses. Elles sont disponibles auprès de Picardie Nature.

Concernant l’étude faune-flore mise en annexe, nous avons également constaté :

- des observations contestables : observation d’un Faucon hobereau en mars 2007, cette observation est peu probable en mars ; du Pipit farlouse et de la Grive litorne observés le 22 juin 2006 alors que ces espèces ne nichent pas dans ce secteur. La Bergeronnette grise est répertoriée mais aucune observation de Bergeronnette printanière bien que sa présence soit reconnue partout dans les cultures de plateau de ce secteur.

Enfin, au sujet des impacts sur la faune, nous remarquons :

- une méconnaissance des phénomènes migratoires, il est ainsi signalé qu’en dehors de la côte et des vallées, les oiseaux passent à haute ou très haute altitude : méconnaissance profonde du phénomène migratoire à l’intérieur des terres, les passages migratoires locaux d’automne n’ont pas été étudiés, uniquement des observations au mois de mars ;

- les impacts cumulés ne sont pas étudiés, un nombre important de projets éoliens réalisés ou en instruction sont situés sur le secteur de Poix-de-Picardie, créant ainsi une pression non négligeable sur la faune. Il devient alors impératif de réaliser des études d’impacts cumulés, incluant l’ensemble des projets éoliens, afin d’avoir une vision globale des impacts sur la faune et la flore, d’autant que le ministère de l’écologie, de l’énergie, du développement durable et de la mer recommande vivement de prendre en compte l’impact cumulé des différents projets.

En conséquence, vu l’insuffisance de l’aire d’étude, vu le manque de connaissances sur les phénomènes migratoires, mais surtout vu le manque de vision globale des impacts cumulés des différents projets, nous demandons à ce que des compléments d’études soient réalisés :

- une étude sur les impacts cumulés des différents projets éoliens de ce secteur, celui de Croixrault-Eplessier étant le plus important ;

- un complément d’étude sur les phénomènes migratoires ;

- une analyse la plus exhaustive possible des enjeux liés à la présence de chiroptères dans un rayon de 10-15 km autour du projet éolien.


Partager : http://l.picnat.fr/NzEyMTAw

Les plus récents

Les plus lus

Picardie Nature

Association régionale de protection de la Nature et de l'Environnement
membre de France Nature Environnement, agréée par les ministères de l'Écologie et de l'Éducation Nationale
Picardie Nature - 1 rue Croÿ - BP 70010 - F80097 Amiens cedex 3 - Tél. 03 62 72 22 50